Ce n'était pas la mort. Seulement l'expectative.
Et notre indignation est toujours aussi vive
Après un long silence, un retour en douceur.
Se réveiller trop vite est souvent une erreur:
il faut savoir goûter les échos de la nuit
et décrypter les traces qu'on laisse dans le lit
de le belle endormie
dont on est trop épris.


pour accompagner votre lecture:
http://youtu.be/-bufYgJJQZ0


Δημήτρης Μητροπάνος 1948 - 2012

φωτορεπορτάζ:Γελοιογραφίες 11/10/2012

-Que faites-vous ici ?...
-Nous attendons les barbares...
-Les barbares sont venus et sont repartis
-Mais comment n'y avons-nous vu que du feu?
-Vous voulez réécrire le poème?

Le très fameux poème de


Constantin Cavafy (1963-1933),

auquel il est fait référence a été traduit du grec par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras

"Qu'attendons-nous, rassemblés sur l'agora?
On dit que les Barbares seront là aujourd'hui.

Pourquoi cette léthargie, au Sénat?
Pourquoi les sénateurs restent-ils sans légiférer?

Parce que les Barbares seront là aujourd'hui.
À quoi bon faire des lois à présent?
Ce sont les Barbares qui bientôt les feront.

Pourquoi notre empereur s'est-il levé si tôt?
Pourquoi se tient-il devant la plus grande porte de la ville,
solennel, assis sur son trône, coiffé de sa couronne?

Parce que les Barbares seront là aujourd'hui
et que notre empereur attend d'accueillir
leur chef. Il a même préparé un parchemin
à lui remettre, où sont conférés
nombreux titres et nombreuses dignités.

Pourquoi nos deux consuls et nos préteurs sont-ils
sortis aujourd'hui, vêtus de leurs toges rouges et brodées?
Pourquoi ces bracelets sertis d'améthystes,
ces bagues où étincellent des émeraudes polies?
Pourquoi aujourd'hui ces cannes précieuses
finement ciselées d'or et d'argent?

Parce que les Barbares seront là aujourd'hui
et que pareilles choses éblouissent les Barbares.

Pourquoi nos habiles rhéteurs ne viennent-ils pas à l'ordinaire
prononcer leurs discours et dire leurs mots?

Parce que les Barbares seront là aujourd'hui
et que l'éloquence et les harangues les ennuient.

Pourquoi ce trouble, cette subite
inquiétude? - Comme les visages sont graves!
Pourquoi places et rues si vite désertées?
Pourquoi chacun repart-il chez lui le visage soucieux?

Parce que la nuit est tombée et que les Barbares ne sont pas venus
et certains qui arrivent des frontières
disent qu'il n'y a plus de Barbares.

Mais alors, qu'allons-nous devenir sans les Barbares?
Ces gens étaient en somme une solution."

 

^φωτορεπορτάζ:Γελοιογραφίες 6/10/2012 
Repentez vous ! Mère Kel arrive

 

Demandez le catalogue KEL des chars d'assaut !
 
 
Cliquez ici avec le bouton droit pour télécharger les images. Pour protéger la confidentialité, Outlook a empêché le téléchargement automatique de cette image à partir d'Internet.

L'Allemagne a été en 2011 le troisième exportateur mondial d'armement.
Et Angela Merkel vient d'annoncer de nouvelles initiatives pour faciliter ces ventes,
dont celle de chars d'assaut à l'Arabie saoudite.
L'opposition des Verts, de Die Linke et d'une forte partie de l'opinion n'y fait rien.
L'Allemagne veut faire de l'industrie d'armement un outil de sa puissance diplomatique retrouvée.
ndlr:Les chars vendus aux saoudiens seront-ils aussi performants
que les inopérants sous-marins que les Allemands ont refourgués aux Grecs


Devant de telles menaces certains ont déjà fui



- Tu as sécurisé la porte ?      -oui !                                       -Tu as payé l'impôt ?        -NON !
- Tu as femer le robinet ?      -oui !                                       - Tu as réglé les taxes ?    -NON !
- Tu as arroser les plantes ?   -oui !                                       - Tu as soldé les comptes -NON !  
- Ti as éteinds les lumières ? -oui !                                       - Très bien ! Fuyons !  

 

 

MOPOPOPOéSIE
pour accompagner la suite, une autre musique:
http://youtu.be/jHsrnQAQCvE 
SAEZ,
les mopopopouètes l'aiment beaucoup, et aussi celui-ci:

Jean Claude VALENTINI -déjà publié ici-

PATIENCE ET SAGESSE

Comme, au final, ça ne dérange personne, soyons méchants, une minute !

"À quelque chose, noir malheur est bon" dit-on, au Cap-bon ou de Bonne-espérance.

Noircir le tableau, c'est maintenant! Langue de feu, langue de bois, si je mens ! Pan ! Pendu !

Mais Lecteur, Faux-Frère, es-tu sûr de vouloir vivre en temps réel ?

Alors le Manteau économique est fait pour toi. Il te personnifiera à merveille.
Tu seras tout Amour, les bras croisés, qui dit, hélas ! Où en est le Magma
(la Grèce qui grince terriblement des dents) ?

Et puis ayant déclaré ton Amour (d'écriture automatique),
tu reposeras le dentier dans le verre d'eau de Vichy et tu courras à tes véritables amours :
toi-même ! Sans inviter aucun journaliste.
Sauf si initiés à la vérité taiseuse, qui est la règle d'or du siècle : pas si ancien ! Ça gesticule !

J'invite donc chaque lecteur du monde pensé comme il est, hilare, Ah ! Ah ! Ah !
De dernier rang, triple buse ! À ajouter, ici, son dicton préféré.

Par exemple, Jean-Foutre qui dit qu'il n'est de bon bec que testamentaire !

Normal ! Jean-Foutre est blanc-bec aux affaires.

Où l'actualité se révèle être bénédiction prophétique

« Filmé à son insu », mon œil ! Mon cul !

« Rached Ghannouchi », alias RG, chef du PIT, chut ! Du putsch ? Shit ! In the baba !
Comme Jacques, frère de Jésus, a dit :

« Les laïcs, bien que minoritaires, contrôlent les médias et l’économie...
L’administration, bien que sous contrôle » d'in the baba, « est elle aussi entre leurs mains », la salope !
Les commentaires sont de la rédaction, bien entendu.

Faisant preuve d'un sens extraordinaire de la mesure, RG a aussi précisé, à ses interlocuteurs ad hoc,
au comble de la fureur, qui hurlaient, en composant des :
Laïcs ! Cochons de musulmans ! Compositions à décomposer les vivants, que :

« l’armée et la police "ne sont pas encore sûres".

Et d’ajouter en magicien de pharaon et donc en homme éclairé et averti:

« Je dis à nos jeunes salafistes » d'être patients et sages ».

Voilà quelqu'un qui n'hésite pas à promettre du salami pour ramadan !
Il a sans doute pris des cours d'éloquence, chez
vas-y-vas-y-plus-c'est-vaseux-plus-ça-vacille !
Et pour finir, entre toutes, la meilleure, il a insisté : el yaoum, youp ! La boum !
« Nous n’avons plus une boutique, nous avons un État », miam-miam !

C'est le discours typique-exotique, d'ici comme là-bas, folklorique,
du Jean-Foutre qui rêve d'affinités électives.
Si j'étais réellement journaliste, mon analyse aurait dissipé toutes les suspicions,
en vue d'offrir au monde son lot de doutes raisonnables.
Mais je ne le suis pas et les poètes non plus ne m'aiment pas.
Les uns et les autres, dès qu'ils boivent du bon vin de messe basse et noire, trouvent mon combat douteux.
Aussi ma devise est : ni Charlot, ni Aldo !
Qui renvoie, par la bande, au Comité d'Administration, des philanthropes aguerris.
Comme il y en a qui ne rient toujours pas, je vais continuer.
Que chacun puisse juger de la façon de penser du prolétariat,
pour peu que soit admise sa possibilité d'agir en qualité d'atome social.

Whisky, Vidéo et Ouistiti

Un mot, d'abord !

Afin de faire face à un reproche récurrent, non totalement infondé, et pour cause,
surtout d'exploitation culturelle, doublée d'un veto démocratique, mon manque de définition.
En voici une, solaire et forcément monstrueuse, qui, malgré tout, je l'espère, éclairera le sujet.

Le droit restant au propriétaire dépouillé de la jouissance de son bien,
durant le temps de l'usufruit conféré à une autre personne s'appelle nue-propriété.

Je laisse l'imagination galoper et me concentre sur l'essentiel.
L'usufruitier veut généralement que l'usufruit soit durable.
Les meilleurs d'entre eux, qui font accroire, au final, qu'ils ne sont pas si mauvais,
ont réussi à obtenir des contrats millénaires.
En conséquence de quoi, les avocats d'affaires, y compris outre-atlantique,
finissent par se faire rhabiller par Ghannouchi.
Comme ce sont des « gaous » ! Des goys ! Des gadjos ! Des ploucs ! Des pécores ! Des péquenots !
Ils ont besoin de frimer.
En effet, leur religion d'hommes affairés, c'est du gadget !
Mais du gadget pris au sérieux, par les vieux-croyants qui sentent la concurrence leur talonner les derrières,
non sans concupiscence masquée sous force barbes et blanches djellabas,
en vente dans les boutiques de farces et attrapes.

Si je veux être à la hauteur du ridicule, je me dois de le traiter, en le tournant en ridicule,
sachant que, comme il est écrit

 l'état tue

tout comme le ridicule. Et je renvoie immédiatement au moment de raison évoqué, ci-dessus,
qui envisage des mesures extrêmement raisonnables,
appropriées à leur propre espace d'action propagandiste et proportionnées
dans le temps étatique qui est le leur.

Où le djiha du djihad bondit hors de la boîte qu'il tenait en son bec

Voici un théâtre complexe, d'ombres chinoises, à deux obscurs personnages, très siècle-des-lumières.
Son rideau est sous forme de douche froide.
Et derrière, en toile de fond, se déroule un bref dialogue, mais répété en boucle,
entre une grande Bush et un petit Ghannouchi.

-Sois sage, petit Ghannouchi, mets-moi l'huile à la bouche !

-Sois patiente, grande Bush, tu dois d'abord me branler jusqu'au bout !

Il y a sûrement un blême. Car la différence entre les imposants États-unis et la Tunisie imposée
semble, ici, quasi nulle et mince comme un feuille de brick farci de blé, de patates et d'oseille.

Proudhon n'avait pas complètement tort de rappeler que le vol est jouissance privée de la richesse
et, mutatis mutandis, le prétendu propriétaire de sa force de travail, un con exproprié !

Cette scène est évidemment à la manière belge et surréaliste,
qui suspend le temps pour dire que :

sans bouches gigognes, pas de mise en boîte mondiale.

Maintenant, lecteur qui tire la langue, fais comme moi ! Tire la langue, pour de bon !

Renvoie symétriquement, modernes trémolos et laïus ancestraux,
dans la gorge des sirènes financières, touristiques et pétrolières.
Et sors le bâton prolétarien, afin que Pharaon, à double baraque, sache ta puissance de feu !
N'es-tu pas celui qui fait pleurer la City au long bec et langue de crapaud ?

Quant à moi, clairement, ici, j'emmerde les habituels grands-mots, leurs Règles,
et tous les automatons et automatismes qui nous tuent !

Post-Scriptum :
Patience-et-Sagesse.com.ForceRage, marchent de concert !

 

 

ICI

Comme la représentation échoue
à embrasser le réel désiré,
quelque faux-mouvement, se fuyant,
à trop vouloir l'étreindre,
le réel se cabre, s'arcboute, se multiplie,
fuse, file, fond, gicle, hurle
-toi ! moi !-
se concrétise, se fossilise

ou accumulation ou énergie !
Lorsque enfin les bouches s'ouvrent
il n'y a plus qu'une scène de cinéma :
nostalgie, regrets, souvenir des jours
heureux ? Amers ? Silence lunaire ?

La feuille élégante retrouvée entre
deux pages d'un livre, dont le nom échappe,
comment a-t-elle pu finir là ? Le sais-tu ?
Mais crois-tu que la mécanique des mots,
les yeux, pique, comme clous dorés,
la rose, jamais éclose ?

MOPOPOPOMONDE


Une amitié fumeuse

  nous relie à Cuba
comme nous sommes fidéles, Castro inspire Troca(s)


De Cuba j'entends encore la voix
d'un éternel mourant:
"Les peuples apprennent,
la résistance grandit face aux crises du capitalisme
qui se répètent de plus en plus souvent;
aucun mensonge, aucune répression, aucune arme nouvelle
ne pourront empêcher l'effondrement d'un système de production
toujours plus inégal et injuste."

Tout est dit. Il n'y a rien à ajouter!

MOPOPOPOFRANCE


Et notre indignation est toujours aussi vive.
Le mou monsieur Hollande manque de perspectives
et son hérault Jean Marc prend peu d'initiatives.
Bien sûr il y a Manuel qui fait valser les Roms
mais cogner sur les faibles, est-ce digne d'un homme.
En face on trouve les mêmes: le courageux "Fuyons"
et son frère ennemi, ce Copé le Vicieux
qui fait dans  Marine et entre dans son pieu.

Tandis que sur le front se démène un Héros
le sarkubu déchu s'offre des balnéos

Le domicile, les nouveaux bureaux et l'ancien cabinet d'avocat de Nicolas Sarkozy ont été perquisitionnés mardi 3 juillet dans le cadre de l'affaire Bettencourt. La justice s'intéresse à un éventuel financement occulte de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, impliquant d'une façon non définie l'héritière du groupe L'Oréal.

 comme il est dit en Chine : 流氓  (voyou)

 

 

 

 

 

ops_2Quelle misère, j'vous jure !!

 

 

 

 

 

 

 

SITES Amis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ça peut vous aider à retrouver la "sérénitude"

 

http://bernache.canalblog.com/

 

 

 

lefildarchal.over-blog.fr
un fil à suivre absolument au bout duQuel vous trouverez des trésors poétiQues

 

 

 

www.laquadrature.net/
http://www.plaiethore.com/